Meltar Boutique Hotel
Rue Meltar, 1 - 36012 Asiago
Tel. +39 0424 460626 - Fax +39 0424 464939
E-mail:
info@meltarhotel.com
Vérifier disponibilité:
du:
 
au:
         

Les traditions


La Grande Rogation
13 heures et 30 kilomètres de marche : un rendez-vous qui se répète régulièrement chaque année, depuis des siècles, le jour qui précède l'Ascension. Il s’agit d’un rite antique de plus de 600 ans lié aux pèlerinages propitiatoires dans le but d’avoir de bonnes récoltes. On part de la cathédrale d’Asiago à six heures du matin, et derrière l’étendard rouge avec la croix blanche la procession prend le départ et parcourt toute la commune à travers les chemins de terre et les prés où brille le jaune des pissenlits. Un millier de personnes, toutes contentes de s’être levé tôt, un panorama encore suspendu dans la grisaille de l’aube, les chants des différents quartiers, symboles d’un sentiment de continuité, la halte au Lazaret, où l’on s’arrête pour un casse croûte et assister à la messe, avec des ex-voto qui servaient à repousser la peste du village. Les familles restent ensemble, les jeunes filles offrent des œufs colorés aux garçons qui leur ont donné le traditionnel « cucco » en terre cuite le jour de Saint Marc : l’aspect religieux se mêle à la fête, les rites propitiatoires à une saine dévotion, l’amitié aux anciennes réminiscences dionysiaques comme le soir lorsque dans les bois de Galloi, les plus jeunes, comme des créatures des bois, se ceignent le front avec des guirlandes de mélèze. Le « tour du monde » continue, toujours accompagné par le chant harmonieux des chœurs ; la procession est désormais un défilé de personnes qui se répand dans les forêts et sur les pentes du Kaberlaba, arrive à Canove, Camporovere, pour affronter l’exténuante montée du Monte Katz. De temps en temps on fait une halte pour se restaurer ou tout simplement pour parler et retrouver des amis que l’on n’avait pas vus depuis longtemps. Le soir à sept heures, c’est la rentrée au village accompagnée du son puissant des cloches, une véritable marche triomphale : c’est la communauté qui se souhaite la bienvenue, une émotion que l’on conservera toujours au fond de soi-même:

Schella Martz
Schella Martz est un évènement touchant aussi bien au folklore qu’à l’histoire et aux traditions ; Schella Martz dans la langue cimbre veut dire « sonne mars », et c’est l’occasion de réveiller la nature de sa léthargie hivernale. Comme le veut la tradition, ce rite se déroule durant les trois derniers jours du mois de février et il implique l’ensemble du haut-plateau. Des hommes, des femmes et des enfants dont certains sont déguisés en « zeleghen baiblen » (fées et sorcières), ogres et lutins, envahissent les rues et les quartiers du village en traînant derrière eux des récipients en tôles et de bidons en métal, de plusieurs dimensions, attachés entre eux avec du fil de fer et sur lesquels ils tapent avec des bâtons : l’objectif est de faire beaucoup de bruit pour « réveiller » le printemps. L’évènement se conclut sur la place du village, le dernier soir, avec le « bûcher où l’on brûle la vieille » : on met un grand fantoche en bois et papier mâché, le symbole de la saison qui s’est écoulée et qui doit mourir définitivement.

La Foire de Saint Mathieu
La foire qui se déroule au mois de septembre correspond à un moment important dans le calendrier agricole, c'est-à-dire à celui où les troupeaux descendent des alpages pour retourner à l’étable ou dans les pâturages de la plaine, ce qui est le signe de la fin de l’été.
Comme cela est reporté sur les documents historiques de la Sérénissime, à la foire de Saint Mathieu on faisait des affaires pour plusieurs centaines de ducats en or : les bergers y vendaient leurs produits en achetant en même temps des biens de première nécessité. La foire correspondait également à un moment de fête et de réunion de la communauté : Les familles des différents quartiers descendaient en ville et s’y rencontraient pour y échanger des nouvelles et des nouveautés après les longues journées exténuantes de l’été passées sur les alpages et pour se préparer au long hiver.
Cette tradition antique revit tous les ans, dans les rues et les places d’Asiago, avec des étalages qui exposent le meilleur des produits locaux mais aussi des choses curieuses et bizarres.