Meltar Boutique Hotel
Rue Meltar, 1 - 36012 Asiago
Tel. +39 0424 460626 - Fax +39 0424 464939
E-mail:
info@meltarhotel.com
Vérifier disponibilité:
du:
 
au:
         

L’histoire

« L'Altopiano dei Sette Comuni » (haut-plateau des sept communes), connu également sous le nom de haut-plateau d’Asiago, du nom de son centre principal, se trouve actuellement dans la Province de Vicenza, entre la plaine du Pô et les montagnes au sud de la Valsugana (Trentin).
Les premiers établissements de l’homme à cet endroit remontent à la période paléolithique et mésolithique et les premiers habitants stables appartiennent à l’époque préromaine. Dans la langue et la tradition linguistique locale dite « cimbre » on a pu remarquer certaines particularités reconduisant aux Goths ou à d’autres barbares y compris les lombards.
La légende fait remonter l’origine de la population germanophone du haut-plateau à un peuple provenant du territoire du Jutland qui essaya d’envahir l’Italie mais fut battu par l’armée romaine sous le commandement de Gaius Marius. D’après cette légende une partie de cette population belligérante se serait retirée sur les montagnes du haut-plateau pour donner de cette manière origine à la lignée des Cimbres modernes. Une deuxième hypothèse qui s’est affirmée à la fin du dix-neuvième siècle, peut-être dans un but nationaliste, voit par contre l’origine des Cimbres liée à la descente de l’Allemagne méridionale, aux alentours de l’an Mille, de plusieurs groupes de familles provenant de la zone bavaroise. Au début du XIIIe siècle la population locale commença à s’organiser du point de vue militaire, avec l’appui d’Ezzelino da Romano (qui possédait plusieurs fiefs à cet endroit), à qui elle fournissait des troupes. Au début du XIVe siècle après la chute des Ezzelini, les Sept Communes s’unirent en une Fédération, pour obtenir un gouvernement plus autonome et pour mieux défendre le territoire. C’est en 1310 que fut fondée la « Spettabile Reggenza » (respectable régence) des Sept Communes; en 1327 les Sept Communes passèrent sous la protection des Scaligeri et sous celle des Visconti par la suite (1387), en réussissant cependant à conserver institutions et privilèges fiscaux. Le 20 février 1405 les Sept Communes furent acte d’engagement spontané à la République Sérénissime de Venise, et restèrent sous cette domination pendant quatre siècles, jusqu’au traité de Campoformio (1797).
Il 24 febbraio 1798 i quattro delegati dei Sette Comuni giurarono fedeltà ed obbedienza all’imperatore austriaco e successivamente, con la vittoria dei francesi sull’Austria, il 29 giugno 1807 la Le 24 février 1798 les quatre délégués des Sept Communes jurèrent fidélité à l’empereur autrichien mais par la suite, après la victoire des français sur l’Autriche, le 29 juin 1807 « la Spettabile Reggenza » des Sept Communes cessa définitivement d’exister. Le 21 octobre 1866, en même temps que la Vénétie, la province de Mantoue et le Frioul (excepté la zone de Gorizia) elle fut annexée au Royaume d'Italie. C’est de cette manière, qu’après cinq siècle de vie, «la plus petite des Fédérations politiques d'Europe et en même temps la plus ancienne avec la république helvétique, cessa d’exister».
La ville d’Asiago, comme tous les autres pays du haut-plateau, a été directement touchée par les évènements de la Première Guerre Mondiale, en devenant l’un des symboles les plus importants, inspirant des pages très touchantes et des témoignages très émouvants. L’ossuaire contenant les restes de 55 000 soldats morts sur les champs de bataille reste un témoignage touchant de la tragédie de la Grande Guerre. Environ 90% du territoire du haut-plateau des Sept Communes n’est pas propriété privée ni même propriété publique domaniale, mais propriété collective, c'est-à-dire des anciens habitants et soumis au règlement des coutumes civiques. La tradition de gérer le territoire à travers la collectivité tire son origine du droit germanique et naît avec la fondation de la « Spettabile Reggenza » des Sept Communes. De nos jours encore les ayant-droits d'usage civique sont inscrits à un état-civil spécifique qui les regroupe par noyaux familiaux, et le chef de famille, ou qui de droit, représente devant l’administration municipale le droit d’usage civique de chaque membre. Il n’y a que 10% du territoire qui est propriété privée.